France
Investisseurs Particuliers
Avertissement:
En cliquant sur “J’accepte”, ci-dessous, et en sélectionnant un pays de cette liste, vous confirmez être résident de ce pays. Citigroup ne prend aucune responsabilité quelle qu’elle soit concernant la distribution de l’information et les documents mis à la disposition des utilisateurs, personnes physiques ou morales, qui auraient, de mauvaise foi, certifié être résidents d’un pays donné alors que ce n’est pas le cas. En cliquant sur “J’accepte” ci-dessous et en accédant de ce fait aux informations et documents disponibles sur le site, vous acceptez les conditions générales d’utilisation qui figurent dans l’avis de non-responsabilité ci-joint.
Compte-tenu de la législation en vigueur, les résidents des États-Unis ne peuvent accéder au contenu de ces pages du site. Les documents et produits qui y sont décrits ne sont ni offerts ni destinés aux ressortissants ou résidents des États-Unis et leur accès est interdit à ces derniers.
CITI WARRANTS, TURBOS & CERTIFICATES DISCLAIMER/AVERTISSEMENT:
Le présent site est édité par Citigroup Global Markets Limited société autorisée et régie par la Financial Services Authority (“FSA”), dont le siège social est situé au Citigroup Centre, Canada Square, E14 5LB Londres (Royaume-Uni), immatriculée sous le numéro FSA 1763297.
Restrictions de Vente
Les warrants, call warrants, put warrants, turbo warrants, turbos, certificat, certificates, trading warrants, options, produits dérivés bons d'option et les produits structurés présentés sur ce site web ne peuvent & être souscrits ou vendus dans tous les pays. La consultation des documents d'information relatifs aux bons d'option et aux produits structurés permet de déterminer les modalités de vente ou de distribution des Produits relatives aux pays concernés. Les bons d'option et les produits structurés présentés sur le Site ne sont pas offerts à la vente ou à la souscription et les documents d'information qui s'y rapportent (ou toute autre documentation commerciale) ne sont pas distribués, à toute personne ou entité résidente d'un territoire où une telle vente ou distribution constituerait une violation de la loi ou d'une réglementation locale. Les bons d'option et les produits structurés visés sur le Site ne seront pas enregistrés au sens de la loi américaine de 1933 sur les valeurs mobilières (United States Securities Act of 1933) et ne peuvent pas être offerts ou vendus aux Etats-Unis. Le contenu du Site n'est pas destiné aux investisseurs du Royaume-Uni. Les produits et services présentés sur le Site ne sont pas offerts ou ne peuvent être fournis à des personnes du Royaume Uni. EN ACCEDANT SUR LE PRESENT SITE WEB A UNE INFORMATION PROPRE A UN PAYS DONNE, VOUS RECONNAISSEZ ET CERTIFIEZ QUE VOUS ETES RESIDENT DE CE PAYS. Les produits et services présentés dans une partie du Site consacrée à un pays donné ne sont offerts et ne peuvent être rendus qu'au bénéfice des seuls résidents du pays concerné.
Les bons d'option et les produits structurés présentés dans la rubrique du Site consacrée à la France sont exclusivement des instruments financiers admis à la cotation sur un marché réglementé et émis par appel public à l'épargne en France dans le respect des principes généraux établis par l’Autorité des marchés financiers.
Facteurs de risques
• Les bons d'option et les produits structurés sont par essence des investissements à haut risque, sujets particulièrement à des risques de marché comme des risques de taux d'intérêt, de taux de change, des risques politiques, des risques propres à l'émetteur du sous-jacent et à la valeur temps.
• Les fluctuations des cours des éléments sous-jacents affecteront la valeur des bons d'option et celle des produits structurés.
• Les fluctuations des taux de change de toutes monnaies concernées affecteront la valeur des bons d'option et celle des produits structurés.
• Les cours des bons d'option et ceux des produits structurés sont volatiles. Si le sous-jacent évolue dans une direction opposée à celle anticipée, les pertes encourues au titre du bon d'option et du produit structuré peuvent être supérieures à celles subies par le sous-jacent.
• Les bons d'option et les produits structurés ont une durée de vie limitée et peuvent avoir une valeur nulle à leur maturité. Compte tenu de la nature optionnelle des bons d'option et des produits structurés, les investisseurs doivent être conscients du risque de perte de l'intégralité de leur investissement initial.
Négociation et couverture
• Les marchés des bons d'option et des produits structurés peuvent être limités et cela peut affecter sensiblement leur valeur et/ou les capacités de les céder.
• Les investisseurs ne doivent pas escompter la possibilité de céder les bons d'option ou les produits structurés à un moment donné pour un montant particulier.
• Les investisseurs peuvent se retrouver dans l'incapacité de se couvrir contre les risques induits par ces investissements. Les investisseurs peuvent réaliser autant de perte dans les opérations de couverture que sur les bons d'option et les produits structurés ainsi couverts.
• Ni l'émetteur, ni l'une de ses sociétés liées ou apparentées, ne donne une quelconque assurance ni ne garantit la performance des bons d'option et des produits structurés. Ni l'émetteur ni l'une quelconque des ses sociétés liées ou apparentées n’est dans l'obligation d'animer le marché secondaire ni de racheter les bons d'option ou les produits structurés.
Adéquation des bons d'option et des produits structurés / Absence de conseil de toute nature
• Les bons d'option et les produits structurés sont naturellement des investissements à très haut risque et ne conviennent donc pas à tous les investisseurs. L'information qui figure sur le Site est de nature générale et descriptive. Les produits qui y sont présentés ne vous sont pas forcément adaptés.
• Les bons d'option et les produits structurés présentés sur le Site sont destinés à des investisseurs sophistiqués qui ont la capacité d'appréhender et de supporter les risques inhérents à ce type d'opération.
• Aucun élément ou information figurant sur le Site ne peut être interprété comme constitutif d'un conseil en investissement, d'un conseil juridique ou fiscal ou toute autre forme de recommandation ou de démarchage en vue d'acquérir, de souscrire ou de céder des bons d'option ou des produits structurés sur le Site. Il appartient à tout investisseur de rechercher ses propres conseils en matière d'investissement, juridique et fiscale aux fins d'apprécier l'adéquation, la licité et les risques induits par la souscription ou l'achat des bons d'option ou des produits structurés présentés sur le Site.
Aucune offre - De simples éléments d'information
• Tous les éléments figurant sur le Site ne sont délivrés qu'aux seules fins d'information de l'investisseur.
• Aucun élément ou information figurant sur le Site ne constitue, ne s'inscrit dans le cadre ni ne devrait être considéré comme une offre, un acte de démarchage, ou une invitation à souscrire ou céder des bons d'option ou des produits structurés présentés sur le Site ou constituer d'éventuelles activités de services d'investissement mentionnées sur le Site.
• Aucun élément ou information figurant sur le Site ne constitue ni ne peut être considéré comme un conseil en vue de la souscription de bons d'option ou de produits structurés.
• Les informations données sur les performances passées ne préjugent en rien des performance à venir.
• Toutes les opinions, les informations ou les valorisations présentées sur le Site peuvent être modifiées à tout moment sans avertissement préalable.
Opération d'emprunts en vue de l'acquisition
Tout investisseur potentiel doit être conscient des risques supplémentaires attachés à toute opération d'emprunt en vue d'acquérir les produits présentés sur le Site, en particulier des risques de pertes à supporter à concurrence du remboursement du capital et du paiement des intérêts. Les investisseurs devraient apprécier leur situation financière au regard des pertes potentielles résultant de la souscription ou de l'achat des bons d'option et des produits structurés ainsi que des charges financières inhérentes aux opérations d'emprunt en vue d'acquérir ces produits.
Intérêts divergents - Informations relatives à des conflits d'intérêts
Citigroup et/ou toute autre société du groupe peut de temps à autre prendre des positions pour compte propre et /ou coter des instruments identiques ou liés économiquement à des transactions effectuées avec des investisseurs, ou peut avoir des opérations bancaires d'investissement ou autres relations commerciales avec, ou accéder à l'information de l'émetteur des titres, instruments financiers ou autres intérêts identiques ou liés à des transactions effectuées avec des investisseurs. Citigroup peut également réaliser des activités pour compte propre, y compris des transactions de couverture de risque liées à l'ouverture ou la clôture d'une transaction avec des investisseurs, qui peuvent influencer de manière défavorable le prix, taux, indice ou autres facteurs de marché sous-jacents à la transaction effectuée avec des investisseurs et en conséquence la valeur de la transaction.”
CITI WARRANTS, TURBOS & CERTIFICATES DIVERS
Protection des données
En application de la loi “Informatique et libertés” du 6 janvier 1978 telle que modifiée par la loi du 6 août 2004, l’utilisateur dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données le concernant et conservées par CITIGROUP, ainsi qu’un droit d’opposition. Ces droits s’exercent auprès de Citigroup Global Markets Ltd., Citiwarrants & Certificats, 1-5 rue Paul Cézanne, 75008 Paris, France.
Liens hypertextes disponibles sur le site
Nous vous informons que vous quitterez le présent site en cliquant sur un des liens hypertexte accessibles à partir de ce site. CITIGROUP décline toute responsabilité sur le contenu et les éventuels préjudices ou dommages induits lors de la visite des autres sites qui sont accessibles par lien hypertexte. Le fait de fournir des liens hypertexte ne constitue en aucune manière un conseil ou un avis concernant le contenu des sites Internet obtenus via des liens hypertexte de tiers responsables de ces sites.
Des produits d'investissement et des produits à effet de levier innovants pour les investisseurs particuliers ou institutionnels.

Solutions sur mesure

Les produits à effet de levier et les produits d’investissement de Citi permettent de répondre à une grande diversité d’objectifs.

Produits d’investissement ou de trading

Sélectionnez votre pays pour explorer la gamme des produits disponibles.

Classes d’actif multiples

Une présence géographique inégalée et un accès à toutes les classes d’actifs.

Citi utilise des cookies sur ce site Internet pour vous offrir plus d’efficacité dans votre navigation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

x
Levier Du Jour21/09/2018

Tous les matins à l'ouverture

Le morning meeting de Marc Dagher
DERNIÈRE ÉDITION

| Vendredi 20 Septembre 2018 |

 

 

Résumé de la séance précédente

 

Pékin semble disposée à jouer la carte de l’apaisement dans le conflit commercial. La nouvelle a dopé les marchés, dont le Dow Jones, qui signe un nouveau record historique. Le Cac 40 repasse au-dessus des 5.400 points, en hausse de 1,07%.

 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, avec un gain de 1,07%, à 5.451,59 points, le Cac 40 signe sa meilleure séance depuis le 22 juin. La crise en Turquie et la guerre commerciale avaient fortement freiné les initiatives mais, aujourd’hui, les investisseurs semblent rassurés.

 

Les taxes douanières décidées, tant à Washington qu’à Pékin, sont perçues comme modérées et les informations de Bloomberg selon lesquelles la Chine réduirait les droits de douanes sur ses importations le mois prochain montrent une volonté d’apaisement dans le conflit.

 

Ce jeudi, les marchés actions européens étaient donc bien orientés, mais c’est du côté de Wall Street que tous les regards sont tournés. L’Eurostoxx des 50 valeurs principales de la zone euro a pris 1,08% à 3.404,81 points, l’Ibex de Madrid 1,03% à 9.583,70 points, le Dax de Francfort 0,88% à 12.326,48 points et le Footsie de Londres un plus modeste 0,49% à 7.367,32 points.

 

L’économie américaine continue de parader

 

Le Dow Jones et le S&P 500 ont en effet inscrit de nouveaux records historiques à 26.654,19 points et 2.928,99 points respectivement. Poids lourds du Dow Jones, Boeing et Caterpillar gagnaient environ 1% eux aussi, à l’heure des clôtures européennes.

 

La bonne santé de l’économie américaine ne se dément pas : les inscriptions au chômage ont diminué à 201.000 la semaine dernière, au plus bas depuis novembre 1969, et l’indice de la Fed de Philadelphie a progressé à 22,9 points, contre 18 attendus, grâce notamment aux composantes des nouvelles commandes et de l’emploi.

 

L’OCDE a cependant prévenu que la croissance de l’économie mondiale pourrait avoir atteint son pic et a revu en légère baisse ses prévisions pour 2018 et 2019 en raison du risque commercial.

 

Autos et banques en haut du palmarès, Total en soutien

 

Au niveau européen, les Stoxx 600 des banques et de l’automobile signent les meilleures performances sectorielles. Le premier gagne 1,32%, tiré par la hausse des rendements obligataires. La Fed devrait relever ses taux d’un quart de point dès mercredi prochain, tandis que la BCE reste déterminée à resserrer sa politique monétaire l’année prochaine. Hier matin, la Banque de Norvège a relevé son principal taux directeur pour la première fois depuis 2011 en le portant à 0,75% (+25 points de base). La BNS (Banque Nationale Suisse) a en revanche observé le statu quo.

 

Sensible à l’évolution du bras de fer entre Pékin et Washington, le Stoxx 600 de l’automobile progresse de 1,7%, Valeo et l’allemand Continental étant particulièrement entourés (+3,31% et + 4,21%). Kepler Cheuvreux a relevé le secteur de « sous-pondérer » à « neutre », en signalant que « les valorisations ont atteint des niveaux historiquement bas, beaucoup des mauvaises nouvelles étant déjà intégrées ».

 

Les deux premières capitalisations du Cac 40, LVMH et Total, soutiennent également la tendance. Le groupe pétrolier monte en dépit du repli des cours du brut. En hausse ce matin en réaction à la baisse des stocks hebdomadaires de pétrole aux Etats-Unis, les prix de l’or noir se sont retournés à la suite d’un tweet vengeur de Donald Trump à destination de l’Opep.

 

« Nous protégeons les pays du Moyen-Orient qui ne seraient pas sûrs très longtemps sans nous. Et pourtant, ils continuent de pousser les prix du pétrole de plus en plus haut ! Nous nous en souviendrons. Le monopole de l’Opep doit faire baisser les prix maintenant ! », a-t-il lancé. Le baril de Brent de la mer du Nord reculait de 0,82%, à 78,75 dollars, en fin de session européenne.

 

A Wall Street, les indices Dow Jones et S&P 500 à des records

 

Outre-Atlantique par la suite, à la Bourse de New York, les indices Dow Jones et S&P 500 ont terminé à des records jeudi, soutenus par une forte progression des valeurs technologiques et une vague de confiance dans les performances de l’économie américaine.

 

Selon les résultats définitifs à la clôture, l’indice Dow Jones Industrial Average, a pris 0,95% à 26.656,98 points. L’indice élargi S&P 500, regroupant les 500 plus grosses entreprises cotées aux Etats-Unis, a avancé de 0,78% à 2.930,75 points. Le Nasdaq a progressé de 0,98% à 8.028,23 points.

 

Les valeurs technologiques ont, comme souvent, mené la danse à Wall Street. Le sous-indice qui les regroupe au sein du S&P 500 a avancé de 1,17%.

 

« C’est toujours un secteur fantastique en terme de croissance ou de profits. Lorsque vous observez un fort recul comme lors de la séance précédente, le rebond est généralement très puissant », a commenté Nate Thooft de Manulife AM.

 

Le secteur bancaire a également nettement avancé comme la veille, bénéficiant de la hausse observée depuis plusieurs séances sur les taux d’intérêts américains, améliorant les perspectives financières de ces sociétés.

 

Malgré un tassement en cours de séance, le rendement sur les bons du Trésor à 10 ans, référence sur le marché obligataire, s’affichait près de ses plus haut depuis mai à 3,065%, contre 3,063% mercredi à la clôture, celui à 30 ans évoluait à 3,202%, contre 3,210% à la précédente fermeture, et celui à deux ans a atteint jeudi un nouveau plus haut depuis 2008 à 2,818%.

 

« Les banques ont déçu une bonne partie de l’année en Bourse, les investisseurs se disent sans doute qu’il est temps d’envisager une rotation au moment où les taux montent », a affirmé M. Thooft.

 

Wells Fargo supprime des effectifs

 

Sur le front de l’économie américaine, « les indices ne reculent fondamentalement pas lorsque les principaux indicateurs économiques sont bons », a estimé Maris Ogg de Tower Bridge Advisors.

 

La croissance de l’activité manufacturière de la région de Philadelphie a repris de l’élan en septembre et les demandes d’allocations chômages hebdomadaires ont continué à baisser à leur plus bas depuis près de 50 ans.

 

Dépassés dès l’ouverture de Wall Street, les records sur le S&P 500 et le Dow Jones ont visiblement égayé Donald Trump, le président américain se réjouissant sur Twitter : « LE S&P 500 ATTEINT UN RECORD HISTORIQUE Félicitations aux Etats-Unis! ».

 

Les craintes commerciales continuaient quant à elles d’être relativement ignorées par les investisseurs depuis l’imposition moins élevée qu’anticipé de nouvelles sanctions douanières par les Etats-Unis contre la Chine.

 

Signe de l’accalmie, les multinationales Boeing et Caterpillar, sensibles aux soubresauts du commerce international, ont pris 0,61% et 2,12%.

 

Parmi les autres valeurs du jour, la banque Wells Fargo (+0,60%), frappée récemment par plusieurs scandales, va supprimer entre 5% et 10% de ses effectifs au cours des trois prochaines années, ce qui pourrait concerner jusqu’à 26.500 postes.

 

Comcast et Twenty-First Century Fox ont respectivement pris 1,31% et perdu 0,11% alors que les deux prétendants au rachat du groupe de télévision Sky, devront dévoiler leur offre définitive à travers un mécanisme d’enchères très rarement utilisé, a annoncé jeudi le régulateur britannique.

 

Au lendemain d’un emballement à Wall Street pour les entreprises spécialisées dans le cannabis qui a fait gagner jusqu’à 93% à la société Tilray en séance, l’entreprise canadienne cotée à Wall Street a fortement reculé (-17,62%), mais deux groupes concurrents, Cronos (+8,35%) et Canopy Growth (+6,18%) ont avancé.

 

General Electric a chuté (-3,11% à 12,46 dollars) après l’abaissement par les analystes de JPMorgan Chase de leur perspective sur le prix de l’action de 11 à 10 dollars.

 

 

Tour d’horizon des valeurs françaises

 

Du côté des plus nombreuses valeurs dans le vert, les secteurs les plus pénalisés par les tensions commerciales, tels que l’automobile, la banque, les semi-conducteurs et la construction, ont connu un rattrapage. Ainsi, en tête du Cac 40 ce jeudi, STMicroelectronics a grimpé de 3,41% à 16,230 euros ; son acolyte, Soitec, de 1,60% à 66,85 euros. Médaille d’argent du jour, après deux médailles d’or d’affilée, Valeo s’adjuge encore 3,31% à 40,57 euros ; dans son sillage, les autres équipementiers tirent bien leur épingle du jeu : Michelin prenant 1,96% à 106,70 euros, Faurecia 3,88% à 55,72 euros et Plastic Omnium 2,75% à 34,40 euros. Dans le bâtiment/construction, Saint Gobain, sur la troisième marche du podium, a progressé de 3,06% à 38,260 euros, Vinci de 1,29% à 81,86 euros, Bouygues de 1,13% à 36,82 euros et LafargeHolcim, sorti du Cac, de 1,91% à 40,50 euros. Parmi les bancaires, BNP Paribas a pris 2,55% à 54,310 euros, Société Générale 1,90% à 37,865 euros et Crédit Agricole 1,84% à 12,924 euros. Les valeurs minières s’en sortent très bien également, à l’image d’Eramet, qui signe l’une des plus fortes hausses du jour avec un bond de 8,78% à 93,55 euros, ou ArcelorMittal qui prend un plus modeste 1,56% à 27,370 euros. Enfin, on soulignera la belle performance des maisons-mères du secteur télécoms : Altice Europe, pour SFR, grimpait de 5,24% à 2,229 euros et Iliad, pour Free, de 5,14% à 121,60 euros.

 

Plus fortes hausses du SRD (hors Cac) les plus traitées du jour :

 

Concernant les moins nombreuses valeurs baissières, si Carrefour (-0,86% à 16,680 euros) termine en lanterne rouge du Cac hier sur une baisse relative, c’est en dommage collatéral de son comparse Casino Guichard, affecté (-4,12% à 36,76 euros) par une baisse de son objectif de cours par Goldman Sachs. De même, la foncière Icade était pénalisée (-1,79% à 79,65 euros) par un abaissement de sa recommandation à « sous-performance » contre « neutre » auparavant par les analystes d’Exane BNP Paribas. On notera enfin la petite forme du secteur santé/biotech : Transgene abandonnant 5,11% à 3,065 euros, Nanobiotix 2,93% à 16,92 euros, Virbac 1,84% à 138,80 euros ou encore Sanofi 0,60% à 74,67 euros.

 

Plus fortes baisses du SRD (hors Cac) les plus traitées du jour :

 

 

Publications du jour

 

 

Graphique et analyse technique

 

Depuis le point bas de février 2016, l’indice national a repris, bon an mal an, une tendance haussière dont la configuration graphique reste difficile à appréhender, alternant en effet des phases de hausse claires des consolidations importantes, notamment celle de l’été 2017. Celle-ci ayant pris la forme d’un flag (drapeau) traditionnel (en bleu foncé sur notre graphique) auquel la fin de l’été en question est venu mettre un terme. A plus long terme, la prudence restera malgré tout de mise tant que la borne inférieure du canal de long terme (aujourd’hui située vers les 6.130 points) continuera de servir de résistance en pullback ; la franche cassure de cette même borne au début de l’année 2016 ayant été un signal d’inquiétude depuis confirmé une première fois par le teste en pullback du début de ce même été 2017. Dans l’immédiat cependant, les tensions baissières semblent à nouveau reprendre le dessus avec la formation possible d’un large diamant de retournement (en violet sur le graphique).

 

A plus court terme, tant que le nouveau point pivot sur l’overlap des 5.385 points n’est pas enfoncé, on visera d’abord une reprise vers la résistance située sur le gap des 5.535 points. Alternativement, sous les 5.385, on devrait toujours attendre une correction vers le seuil des 5.200 points en amont d’un nouveau test éventuel du seuil de soutien psychologique clé des 5.000 points.

 

 

Sélection d’un turbo Call et d’un turbo Put

 

Voici notre sélection de turbos pour ceux qui souhaitent jouer la hausse ou la baisse du CAC :

 

 

 

Bonne journée, bons trades, bon weekend et à lundi pour la suite de nos aventures…

 

 

 

AVERTISSEMENT

 

Toute opinion, annonce, recherche, analyse ou autre information et tous prix contenus dans ce mail sont fournis par DT Expert à titre d’analyse et n’ont pas valeur de conseil d’investissement. DT Expert ne saurait être tenu responsable de toute perte ou tout dommage, incluant sans limitation des pertes de gain, qui pourrait découler directement ou indirectement de l’utilisation ou de la prise en compte d’une telle information. Le contenu de cette analyse est fourni dans le seul but d’aider les investisseurs à prendre des décisions d’investissement indépendantes. DT Expert a pris toute mesure raisonnable pour s’assurer de la précision de l’information dans ses analyses et ne sera pas tenu responsable de toute perte ou tout dommage résultant directement ou indirectement du contenu ou de tout retard ou tout échec de transmission ou de la réception de toute instruction ou notification envoyée par mail. ©DT Expert

 

Merci de patienter…