France
Investisseurs Particuliers
Avertissement:
En cliquant sur “J’accepte”, ci-dessous, et en sélectionnant un pays de cette liste, vous confirmez être résident de ce pays. Citigroup ne prend aucune responsabilité quelle qu’elle soit concernant la distribution de l’information et les documents mis à la disposition des utilisateurs, personnes physiques ou morales, qui auraient, de mauvaise foi, certifié être résidents d’un pays donné alors que ce n’est pas le cas. En cliquant sur “J’accepte” ci-dessous et en accédant de ce fait aux informations et documents disponibles sur le site, vous acceptez les conditions générales d’utilisation qui figurent dans l’avis de non-responsabilité ci-joint.
Compte-tenu de la législation en vigueur, les résidents des États-Unis ne peuvent accéder au contenu de ces pages du site. Les documents et produits qui y sont décrits ne sont ni offerts ni destinés aux ressortissants ou résidents des États-Unis et leur accès est interdit à ces derniers.
CITI WARRANTS, TURBOS & CERTIFICATES DISCLAIMER/AVERTISSEMENT:
Le présent site est édité par Citigroup Global Markets Limited société autorisée et régie par la Financial Services Authority (“FSA”), dont le siège social est situé au Citigroup Centre, Canada Square, E14 5LB Londres (Royaume-Uni), immatriculée sous le numéro FSA 1763297.
Restrictions de Vente
Les warrants, call warrants, put warrants, turbo warrants, turbos, certificat, certificates, trading warrants, options, produits dérivés bons d'option et les produits structurés présentés sur ce site web ne peuvent & être souscrits ou vendus dans tous les pays. La consultation des documents d'information relatifs aux bons d'option et aux produits structurés permet de déterminer les modalités de vente ou de distribution des Produits relatives aux pays concernés. Les bons d'option et les produits structurés présentés sur le Site ne sont pas offerts à la vente ou à la souscription et les documents d'information qui s'y rapportent (ou toute autre documentation commerciale) ne sont pas distribués, à toute personne ou entité résidente d'un territoire où une telle vente ou distribution constituerait une violation de la loi ou d'une réglementation locale. Les bons d'option et les produits structurés visés sur le Site ne seront pas enregistrés au sens de la loi américaine de 1933 sur les valeurs mobilières (United States Securities Act of 1933) et ne peuvent pas être offerts ou vendus aux Etats-Unis. Le contenu du Site n'est pas destiné aux investisseurs du Royaume-Uni. Les produits et services présentés sur le Site ne sont pas offerts ou ne peuvent être fournis à des personnes du Royaume Uni. EN ACCEDANT SUR LE PRESENT SITE WEB A UNE INFORMATION PROPRE A UN PAYS DONNE, VOUS RECONNAISSEZ ET CERTIFIEZ QUE VOUS ETES RESIDENT DE CE PAYS. Les produits et services présentés dans une partie du Site consacrée à un pays donné ne sont offerts et ne peuvent être rendus qu'au bénéfice des seuls résidents du pays concerné.
Les bons d'option et les produits structurés présentés dans la rubrique du Site consacrée à la France sont exclusivement des instruments financiers admis à la cotation sur un marché réglementé et émis par appel public à l'épargne en France dans le respect des principes généraux établis par l’Autorité des marchés financiers.
Facteurs de risques
• Les bons d'option et les produits structurés sont par essence des investissements à haut risque, sujets particulièrement à des risques de marché comme des risques de taux d'intérêt, de taux de change, des risques politiques, des risques propres à l'émetteur du sous-jacent et à la valeur temps.
• Les fluctuations des cours des éléments sous-jacents affecteront la valeur des bons d'option et celle des produits structurés.
• Les fluctuations des taux de change de toutes monnaies concernées affecteront la valeur des bons d'option et celle des produits structurés.
• Les cours des bons d'option et ceux des produits structurés sont volatiles. Si le sous-jacent évolue dans une direction opposée à celle anticipée, les pertes encourues au titre du bon d'option et du produit structuré peuvent être supérieures à celles subies par le sous-jacent.
• Les bons d'option et les produits structurés ont une durée de vie limitée et peuvent avoir une valeur nulle à leur maturité. Compte tenu de la nature optionnelle des bons d'option et des produits structurés, les investisseurs doivent être conscients du risque de perte de l'intégralité de leur investissement initial.
Négociation et couverture
• Les marchés des bons d'option et des produits structurés peuvent être limités et cela peut affecter sensiblement leur valeur et/ou les capacités de les céder.
• Les investisseurs ne doivent pas escompter la possibilité de céder les bons d'option ou les produits structurés à un moment donné pour un montant particulier.
• Les investisseurs peuvent se retrouver dans l'incapacité de se couvrir contre les risques induits par ces investissements. Les investisseurs peuvent réaliser autant de perte dans les opérations de couverture que sur les bons d'option et les produits structurés ainsi couverts.
• Ni l'émetteur, ni l'une de ses sociétés liées ou apparentées, ne donne une quelconque assurance ni ne garantit la performance des bons d'option et des produits structurés. Ni l'émetteur ni l'une quelconque des ses sociétés liées ou apparentées n’est dans l'obligation d'animer le marché secondaire ni de racheter les bons d'option ou les produits structurés.
Adéquation des bons d'option et des produits structurés / Absence de conseil de toute nature
• Les bons d'option et les produits structurés sont naturellement des investissements à très haut risque et ne conviennent donc pas à tous les investisseurs. L'information qui figure sur le Site est de nature générale et descriptive. Les produits qui y sont présentés ne vous sont pas forcément adaptés.
• Les bons d'option et les produits structurés présentés sur le Site sont destinés à des investisseurs sophistiqués qui ont la capacité d'appréhender et de supporter les risques inhérents à ce type d'opération.
• Aucun élément ou information figurant sur le Site ne peut être interprété comme constitutif d'un conseil en investissement, d'un conseil juridique ou fiscal ou toute autre forme de recommandation ou de démarchage en vue d'acquérir, de souscrire ou de céder des bons d'option ou des produits structurés sur le Site. Il appartient à tout investisseur de rechercher ses propres conseils en matière d'investissement, juridique et fiscale aux fins d'apprécier l'adéquation, la licité et les risques induits par la souscription ou l'achat des bons d'option ou des produits structurés présentés sur le Site.
Aucune offre - De simples éléments d'information
• Tous les éléments figurant sur le Site ne sont délivrés qu'aux seules fins d'information de l'investisseur.
• Aucun élément ou information figurant sur le Site ne constitue, ne s'inscrit dans le cadre ni ne devrait être considéré comme une offre, un acte de démarchage, ou une invitation à souscrire ou céder des bons d'option ou des produits structurés présentés sur le Site ou constituer d'éventuelles activités de services d'investissement mentionnées sur le Site.
• Aucun élément ou information figurant sur le Site ne constitue ni ne peut être considéré comme un conseil en vue de la souscription de bons d'option ou de produits structurés.
• Les informations données sur les performances passées ne préjugent en rien des performance à venir.
• Toutes les opinions, les informations ou les valorisations présentées sur le Site peuvent être modifiées à tout moment sans avertissement préalable.
Opération d'emprunts en vue de l'acquisition
Tout investisseur potentiel doit être conscient des risques supplémentaires attachés à toute opération d'emprunt en vue d'acquérir les produits présentés sur le Site, en particulier des risques de pertes à supporter à concurrence du remboursement du capital et du paiement des intérêts. Les investisseurs devraient apprécier leur situation financière au regard des pertes potentielles résultant de la souscription ou de l'achat des bons d'option et des produits structurés ainsi que des charges financières inhérentes aux opérations d'emprunt en vue d'acquérir ces produits.
Intérêts divergents - Informations relatives à des conflits d'intérêts
Citigroup et/ou toute autre société du groupe peut de temps à autre prendre des positions pour compte propre et /ou coter des instruments identiques ou liés économiquement à des transactions effectuées avec des investisseurs, ou peut avoir des opérations bancaires d'investissement ou autres relations commerciales avec, ou accéder à l'information de l'émetteur des titres, instruments financiers ou autres intérêts identiques ou liés à des transactions effectuées avec des investisseurs. Citigroup peut également réaliser des activités pour compte propre, y compris des transactions de couverture de risque liées à l'ouverture ou la clôture d'une transaction avec des investisseurs, qui peuvent influencer de manière défavorable le prix, taux, indice ou autres facteurs de marché sous-jacents à la transaction effectuée avec des investisseurs et en conséquence la valeur de la transaction.”
CITI WARRANTS, TURBOS & CERTIFICATES DIVERS
Protection des données
En application de la loi “Informatique et libertés” du 6 janvier 1978 telle que modifiée par la loi du 6 août 2004, l’utilisateur dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données le concernant et conservées par CITIGROUP, ainsi qu’un droit d’opposition. Ces droits s’exercent auprès de Citigroup Global Markets Ltd., Citiwarrants & Certificats, 1-5 rue Paul Cézanne, 75008 Paris, France.
Liens hypertextes disponibles sur le site
Nous vous informons que vous quitterez le présent site en cliquant sur un des liens hypertexte accessibles à partir de ce site. CITIGROUP décline toute responsabilité sur le contenu et les éventuels préjudices ou dommages induits lors de la visite des autres sites qui sont accessibles par lien hypertexte. Le fait de fournir des liens hypertexte ne constitue en aucune manière un conseil ou un avis concernant le contenu des sites Internet obtenus via des liens hypertexte de tiers responsables de ces sites.
Des produits d'investissement et des produits à effet de levier innovants pour les investisseurs particuliers ou institutionnels.

Solutions sur mesure

Les produits à effet de levier et les produits d’investissement de Citi permettent de répondre à une grande diversité d’objectifs.

Produits d’investissement ou de trading

Sélectionnez votre pays pour explorer la gamme des produits disponibles.

Classes d’actif multiples

Une présence géographique inégalée et un accès à toutes les classes d’actifs.

Citi utilise des cookies sur ce site Internet pour vous offrir plus d’efficacité dans votre navigation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

x
Levier Du Jour23/05/2019

Tous les matins à l'ouverture

Le morning meeting de Marc Dagher
DERNIÈRE ÉDITION

 

Résumé de la séance précédente

 

Après Huawei, Donald Trump pourrait bien s’en prendre au spécialiste chinois de la vidéosurveillance Hikvision. C’est cette crainte d’un durcissement du bras de fer commercial entre Pékin et Washington qui explique ce mercredi encore la frilosité des investisseurs. A Paris, le Cac 40 finit en légère baisse.

 

Alors que l’administration Trump, démontrant un certain amateurisme dans sa gestion des sanctions contre Huawei, accordait, lundi soir, un sursis au géant chinois des télécoms, soulageant ainsi les marchés financiers, voilà que Donald Trump aurait trouvé une nouvelle bête noire : Hikvision. C’est ce que rapporte le New York Times.

 

Créée en 2011, Hikvision fournit des solutions et produits de vidéosurveillance, et développe des technologies domotiques intelligentes. Selon les éléments figurant dans son rapport financier, le groupe a généré l’an dernier 7,2 milliards de dollars de chiffre d’affaires, en hausse de près de 19%, pour un bénéfice net de 1,65 milliard, en progression de 20,6%.

 

Washington aurait invoqué des craintes d’espionnage et de vol de technologies. A Shenzhen, où elle est cotée, l’action Hikvision a lâché 5,5% ce matin, portant sa chute à 30% depuis son point haut du 1er avril.

 

Les tensions persistent

 

Mais la liste noire de Donald Trump pourrait encore s’allonger. Selon l’agence Bloomberg, ce ne sont pas moins de cinq entreprises technologiques chinoises qui pourraient se voir privées de composants ou de logiciels américains.

 

« Le conflit commercial en cours semble devoir s’inscrire dans la durée et son impact potentiellement négatif sur plusieurs économies commence à devenir de plus en plus préoccupant », analyse Sean Darby, chef stratégiste chez Jefferies, cité par Reuters.

 

La rencontre entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping, prévue à la fin du mois de juin, en marge du sommet du G20, au Japon, est pour l’heure maintenue, mais les Etats-Unis ne prévoient pas de visite à Pékin pour reprendre les négociations commerciales, a déclaré Steven Mnuchin, le secrétaire au Trésor, à CNBC.

 

Autre coup dur pour le compartiment de la technologie : le fabricant de semiconducteurs Qualcomm a été reconnu coupable d’entrave à la concurrence par une juge fédérale. Elle a également estimé que le groupe avait abusé de sa position dominante pour imposer des redevances excessives sur ses licences. En Bourse, la sanction a été immédiate : le titre dévisse de 11%.

 

A ces sujets majeurs s’ajoute également celui du Brexit, la Première ministre britannique Theresa May s’étant débattue ce mercredi pour sauver son plan de la « dernière chance », destiné à mettre en œuvre le Brexit mais qui n’a convaincu ni sa majorité ni l’opposition, écornant encore un peu plus son autorité.

 

Du côté des indicateurs, l’inflation au Royaume-Uni est remontée à 2,1% en avril sur un an tandis que la croissance en Italie devrait atteindre 0,3% en 2019, selon l’Institut italien des statistiques (Istat), dont les prévisions sont légèrement supérieures à celles du gouvernement, qui table sur 0,2%.

 

Wall Street finit en baisse dans un marché assombri par la guerre commerciale

 

Outre-Atlantique par la suite, la Bourse de New York a clôturé en baisse mercredi dans un marché à nouveau assombri par les incertitudes liées aux tensions commerciales entre Pékin et Washington mais qu’un compte-rendu de la banque centrale américaine (Fed) a laissé de marbre.

 

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a perdu 0,39% à 25.776,61 points et l’indice Nasdaq, à forte coloration technologique, 0,45% à 7.750,84 points. L’indice élargi S&P 500 a lâché 0,28% à 2.856,27 points.

 

« Les investisseurs essayent toujours de déterminer à quelle échelle la guerre commerciale risque d’affecter leur portefeuille », a analysé Ken Berman de Gorilla Trades.

 

A l’œuvre depuis près d’un an, l’imposition de tarifs douaniers punitifs entre Pékin et Washington semble parfois inextricable, alors qu’aucun des deux camps ne semble vouloir céder.

 

Mercredi, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a reconnu que les consommateurs américains pourraient payer plus cher quelques produits en raison des droits de douane imposés sur des biens en provenance de Chine équivalent à 250 milliards d’importations, contrairement aux dénégations du président américain Donald Trump.

 

L’ambassadeur de Chine aux Etats-Unis a pour sa part accusé Washington d’avoir à maintes reprises « changé d’avis du jour au lendemain » et d’avoir ainsi fait échouer des accords susceptibles de mettre fin au différend commercial.

 

Quelles que soient les stratégies de part et d’autre pour tirer profit des négociations, il subsiste un « sentiment de malaise », constatent les analystes de Charles Schwab.

 

Qualcomm dégringole

 

En revanche, le compte-rendu de la dernière réunion de la banque centrale américaine (Fed) a suscité une relative indifférence dans la mesure où peu de nouveaux éléments sont apparus.

 

Les membres de la Fed ont estimé que de nombreuses incertitudes affectant les perspectives de l’économie américaine et mondiale avaient diminué même si certains risques persistent.

 

« La Fed est déterminée à laisser les taux inchangés cette année », affirme Chris Low, de FTN Financial.

 

Ces commentaires de la Fed, relatifs à la réunion des 30 avril et 1er mai, ont toutefois été faits avant que Donald Trump impose une nouvelle hausse des tarifs douaniers sur 200 milliards d’importations en provenance de Chine.

 

Sur le front des valeurs, les marchés ont souffert de la dégringolade de Qualcomm (-10,86%) après qu’un juge de Californie l’a accusé d’avoir « étranglé la concurrence » et condamné pour pratiques anti-concurrentielles dans le domaine des microprocesseurs pour téléphones mobiles.

 

Le secteur de la grande distribution a connu de fortes variations après la publication de plusieurs résultats financiers : Lowe’s a chuté de 11,85% et Nordstrom de 9,25%, tandis que Target a gagné 7,78%.

 

Enfin, Urban Outfitters, maison mère des magasins de vêtements Urban Outfitters, Anthropologie et Free people, a plongé de 9,85% après la publication de ses résultats trimestriels.

 

Sur le marché obligataire, le taux sur la dette à 10 ans des Etats-Unis baissait et s’échangeait à 2,383% vers 20H50 GMT, contre 2,426% mardi soir.

 

 

Tour d’horizon des valeurs françaises

 

Du côté des quelques valeurs dans le vert, les valeurs technologiques et affiliées ont été recherchées, à l’instar d’Atos (+2,68% à 72,82 euros) en tête du Cac 40 ce mercredi, Capgemini (+1,76% à 106,70 euros), médaille d’argent du jour, mais aussi Bigben Interactive (+3,65% à 9,95 euros), Sopra Steria (+3,11% à 109,40 euros), Alten (+2,90% à 95,80 euros), Worldline (+2,05% à 52,30 euros) ou encore Altran Technologies (+1,41% à 11,13 euros). Qui dit retour des tensions, dit hausse des valeurs défensives, telles que Sanofi (+1,28% à 74,90 euros), Air Liquide (+1,19% à 114,70 euros), Legrand (+0,94% à 62,10 euros), L’Oréal (+0,75% à 243,10 euros), Pernod Ricard (+0,68% à 161,90 euros) ou encore Veolia (+0,44% à 20,35 euros). Hors Cac, Teleperformance confirme ses nettes velléités de reprise et s’adjuge encore 3,20% à 174,40 euros. Euronext n’a pas été pénalisé (+1,42% à 63,70 euros) par le placement de sa note « sous surveillance avec implication négative » par l’agence de notation américaine Standard & Poor’s (SP Global Ratings). Cette dernière envisage de baisser la note de l’opérateur boursier à cause de son projet d’acquisition de la Bourse d’Oslo. Les chaînes de télévision M6 (+1,91% à 16,58 euros) et TF1 (+0,72% à 9,08 euros) ont marqué également une belle journée, tout comme le duo spécialiste des satellites : Eutelsat prenait 1,00% à 16,135 euros et son acolyte SES 0,52% à 14,58 euros. Enfin, on relèvera comme à l’accoutumée les valeurs liées à la santé suivantes : bioMérieux (+2,60% à 75,05 euros), Orpea (+1,85% à 104,50 euros), Valneva (+1,35% à 3,37 euros), Onxeo (+1,22% à 0,831 euro), Korian (+1,02% à 35,66 euros), DBV Techno (+0,71% à 16,97 euros), Eurofins (+0,67% à 418,80 euros) ou encore Genfit (+0,66% à 21,34 euros) ; Carmat a été porté (+2,67% à 21,15 euros) de son côté par la reprise de la production de ses prothèses de cœur artificiel intégral, qui était interrompue depuis le quatrième trimestre 2018. La medtech française compte désormais reprendre son essai clinique d’ici à fin septembre.

 

Plus fortes hausses du SRD les plus traitées du jour :

 

  

Concernant les valeurs baissières, les titres du secteur pétrolier ont déchanté après plusieurs séances de hausse, pénalisés notamment par la baisse des cours sur fond d’augmentation surprise des stocks de brut aux Etats-Unis. Plus globalement, le conflit commercial sino-américain pèse sur le segment des matières premières. Vallourec a ainsi chuté de 5,94% à 2,31 euros tandis que CGG s’est replié de 3,81% à 1,57 euro et que TechnipFMC, lanterne rouge du Cac, a reculé de 2,70% à 20,57 euros et Total de 1,53% à 49,01 euros). Toujours côté matières premières, les minières ont également fini mal orientées : ArcelorMittal perdait 1,94% à 14,662 euros, Aperam 2,21% à 22,09 euros et Eramet 1,62% à 52,12 euros. Le secteur bancaire a pâti lui aussi du regain des tensions : Crédit Agricole abandonnant 2,01% à 10,98 euros, BNP Paribas 1,08% à 44,51 euros, Société Générale 0,85% à 25,025 euros et Natixis 2,73% à 4,84 euros. Le duo secteur automobile n’a pas été épargné : Peugeot lâchait 1,97% à 20,87 euros et Renault 0,84% à 50,95 euros. Dans le sillage des déboires de Qualcomm, le spécialiste des semiconducteurs STMicroelectronics a reculé de 1,39% à 14,555 euros. Les valeurs liées au secteur foncier/immobilier ont pâti elles aussi du contexte fragile, à l’image d’URW (-1,27% à 139,50 euros), Gecina (-2,01% à 131,60 euros), Covivio (-1,84% à 93,25 euros), Klépierre (-1,58% à 30,53 euros) ou encore Mercialys (-0,96% à 11,37 euros). Casino a perdu 3,40% à 29,85 euros après que les autorités européennes de la concurrence ont effectué mardi des visites-saisies aux sièges du groupe de distribution à Paris et Saint-Etienne. Le groupe serait visé par une enquête sur une alliance passée avec Intermarché, selon le Figaro. Air France-KLM poursuivait sa descente aux enfers et concédait encore 2,50% à 7,80 euros. Enfin, on relèvera comme à l’accoutumée les valeurs liées à la santé suivantes : Mauna Kea (-2,34% à 1,67 euro), Erytech Pharma (-2,32% à 6,74 euros), Innate Pharma (-2,32% à 5,90 euros), Boiron (-2,15% à 38,65 euros), Nanobiotix (-1,62% à 10,33 euros), Transgene (-1,51% à 2,935 euros) ou encore Virbac (-1,32% à 164,60 euros).

 

Plus fortes baisses du SRD les plus traitées du jour :

 

 

 

Publications du jour

 

 

 

Graphique et analyse technique

 

 

Depuis le point bas de février 2016, l’indice national avait repris, bon an mal an, une tendance haussière dont la configuration graphique restait difficile à appréhender, alternant en effet des phases de hausse claires des consolidations importantes, notamment celle de l’été 2017. Celle-ci ayant pris la forme d’un flag (drapeau) traditionnel (en bleu ciel sur notre graphique) auquel la fin de l’été en question est venu mettre un terme. A plus long terme, la prudence restera malgré tout de mise tant que la borne inférieure du canal de long terme (aujourd’hui située vers les 6.830 points) continuera de servir de résistance en pullback ; la franche cassure de cette même borne au début de l’année 2016 ayant été un signal d’inquiétude depuis confirmé une première fois par le teste en pullback du début de ce même été 2017. Dans l’immédiat cependant, les velléités haussières ont défintivement repris le dessus avec la cassure de toutes les zones de résistances techniques depuis le très net rebond de cette année 2019 La question est désormais la suivante : la reprise actuelle peut-elle donner suite à un retournement pérenne ? A suivre, et de très près…

 

A plus court terme, le rebond actuel a fait face à la zone de résistance des 5.490/5.535 points clés. Au-dessus de cette zone, on visera d’abord les 5.660 points en amont d’une accélération vers les 5.750 points. Alternativement, au-dessous du point pivot des 5.330 points (sous pression), on visera dans un premier temps les 5.195 points.

 

 

Sélection d’un turbo Call et d’un turbo Put

 

Voici notre sélection de turbos pour ceux qui souhaitent jouer la hausse ou la baisse du CAC :

 

 

 

Bonne journée, bons trades et à demain pour la suite de nos aventures…

 

 

 

AVERTISSEMENT

 

Toute opinion, annonce, recherche, analyse ou autre information et tous prix contenus dans ce mail sont fournis par DT Expert à titre d’analyse et n’ont pas valeur de conseil d’investissement. DT Expert ne saurait être tenu responsable de toute perte ou tout dommage, incluant sans limitation des pertes de gain, qui pourrait découler directement ou indirectement de l’utilisation ou de la prise en compte d’une telle information. Le contenu de cette analyse est fourni dans le seul but d’aider les investisseurs à prendre des décisions d’investissement indépendantes. DT Expert a pris toute mesure raisonnable pour s’assurer de la précision de l’information dans ses analyses et ne sera pas tenu responsable de toute perte ou tout dommage résultant directement ou indirectement du contenu ou de tout retard ou tout échec de transmission ou de la réception de toute instruction ou notification envoyée par mail. ©DT Expert


 

Merci de patienter…