France
Investisseurs Particuliers
Avertissement:
En cliquant sur “J’accepte”, ci-dessous, et en sélectionnant un pays de cette liste, vous confirmez être résident de ce pays. Citigroup ne prend aucune responsabilité quelle qu’elle soit concernant la distribution de l’information et les documents mis à la disposition des utilisateurs, personnes physiques ou morales, qui auraient, de mauvaise foi, certifié être résidents d’un pays donné alors que ce n’est pas le cas. En cliquant sur “J’accepte” ci-dessous et en accédant de ce fait aux informations et documents disponibles sur le site, vous acceptez les conditions générales d’utilisation qui figurent dans l’avis de non-responsabilité ci-joint.
Compte-tenu de la législation en vigueur, les résidents des États-Unis ne peuvent accéder au contenu de ces pages du site. Les documents et produits qui y sont décrits ne sont ni offerts ni destinés aux ressortissants ou résidents des États-Unis et leur accès est interdit à ces derniers.
CITI WARRANTS, TURBOS & CERTIFICATES DISCLAIMER/AVERTISSEMENT:
Le présent site est édité par Citigroup Global Markets Limited société autorisée et régie par la Financial Services Authority (“FSA”), dont le siège social est situé au Citigroup Centre, Canada Square, E14 5LB Londres (Royaume-Uni), immatriculée sous le numéro FSA 1763297.
Restrictions de Vente
Les warrants, call warrants, put warrants, turbo warrants, turbos, certificat, certificates, trading warrants, options, produits dérivés bons d'option et les produits structurés présentés sur ce site web ne peuvent & être souscrits ou vendus dans tous les pays. La consultation des documents d'information relatifs aux bons d'option et aux produits structurés permet de déterminer les modalités de vente ou de distribution des Produits relatives aux pays concernés. Les bons d'option et les produits structurés présentés sur le Site ne sont pas offerts à la vente ou à la souscription et les documents d'information qui s'y rapportent (ou toute autre documentation commerciale) ne sont pas distribués, à toute personne ou entité résidente d'un territoire où une telle vente ou distribution constituerait une violation de la loi ou d'une réglementation locale. Les bons d'option et les produits structurés visés sur le Site ne seront pas enregistrés au sens de la loi américaine de 1933 sur les valeurs mobilières (United States Securities Act of 1933) et ne peuvent pas être offerts ou vendus aux Etats-Unis. Le contenu du Site n'est pas destiné aux investisseurs du Royaume-Uni. Les produits et services présentés sur le Site ne sont pas offerts ou ne peuvent être fournis à des personnes du Royaume Uni. EN ACCEDANT SUR LE PRESENT SITE WEB A UNE INFORMATION PROPRE A UN PAYS DONNE, VOUS RECONNAISSEZ ET CERTIFIEZ QUE VOUS ETES RESIDENT DE CE PAYS. Les produits et services présentés dans une partie du Site consacrée à un pays donné ne sont offerts et ne peuvent être rendus qu'au bénéfice des seuls résidents du pays concerné.
Les bons d'option et les produits structurés présentés dans la rubrique du Site consacrée à la France sont exclusivement des instruments financiers admis à la cotation sur un marché réglementé et émis par appel public à l'épargne en France dans le respect des principes généraux établis par l’Autorité des marchés financiers.
Facteurs de risques
• Les bons d'option et les produits structurés sont par essence des investissements à haut risque, sujets particulièrement à des risques de marché comme des risques de taux d'intérêt, de taux de change, des risques politiques, des risques propres à l'émetteur du sous-jacent et à la valeur temps.
• Les fluctuations des cours des éléments sous-jacents affecteront la valeur des bons d'option et celle des produits structurés.
• Les fluctuations des taux de change de toutes monnaies concernées affecteront la valeur des bons d'option et celle des produits structurés.
• Les cours des bons d'option et ceux des produits structurés sont volatiles. Si le sous-jacent évolue dans une direction opposée à celle anticipée, les pertes encourues au titre du bon d'option et du produit structuré peuvent être supérieures à celles subies par le sous-jacent.
• Les bons d'option et les produits structurés ont une durée de vie limitée et peuvent avoir une valeur nulle à leur maturité. Compte tenu de la nature optionnelle des bons d'option et des produits structurés, les investisseurs doivent être conscients du risque de perte de l'intégralité de leur investissement initial.
Négociation et couverture
• Les marchés des bons d'option et des produits structurés peuvent être limités et cela peut affecter sensiblement leur valeur et/ou les capacités de les céder.
• Les investisseurs ne doivent pas escompter la possibilité de céder les bons d'option ou les produits structurés à un moment donné pour un montant particulier.
• Les investisseurs peuvent se retrouver dans l'incapacité de se couvrir contre les risques induits par ces investissements. Les investisseurs peuvent réaliser autant de perte dans les opérations de couverture que sur les bons d'option et les produits structurés ainsi couverts.
• Ni l'émetteur, ni l'une de ses sociétés liées ou apparentées, ne donne une quelconque assurance ni ne garantit la performance des bons d'option et des produits structurés. Ni l'émetteur ni l'une quelconque des ses sociétés liées ou apparentées n’est dans l'obligation d'animer le marché secondaire ni de racheter les bons d'option ou les produits structurés.
Adéquation des bons d'option et des produits structurés / Absence de conseil de toute nature
• Les bons d'option et les produits structurés sont naturellement des investissements à très haut risque et ne conviennent donc pas à tous les investisseurs. L'information qui figure sur le Site est de nature générale et descriptive. Les produits qui y sont présentés ne vous sont pas forcément adaptés.
• Les bons d'option et les produits structurés présentés sur le Site sont destinés à des investisseurs sophistiqués qui ont la capacité d'appréhender et de supporter les risques inhérents à ce type d'opération.
• Aucun élément ou information figurant sur le Site ne peut être interprété comme constitutif d'un conseil en investissement, d'un conseil juridique ou fiscal ou toute autre forme de recommandation ou de démarchage en vue d'acquérir, de souscrire ou de céder des bons d'option ou des produits structurés sur le Site. Il appartient à tout investisseur de rechercher ses propres conseils en matière d'investissement, juridique et fiscale aux fins d'apprécier l'adéquation, la licité et les risques induits par la souscription ou l'achat des bons d'option ou des produits structurés présentés sur le Site.
Aucune offre - De simples éléments d'information
• Tous les éléments figurant sur le Site ne sont délivrés qu'aux seules fins d'information de l'investisseur.
• Aucun élément ou information figurant sur le Site ne constitue, ne s'inscrit dans le cadre ni ne devrait être considéré comme une offre, un acte de démarchage, ou une invitation à souscrire ou céder des bons d'option ou des produits structurés présentés sur le Site ou constituer d'éventuelles activités de services d'investissement mentionnées sur le Site.
• Aucun élément ou information figurant sur le Site ne constitue ni ne peut être considéré comme un conseil en vue de la souscription de bons d'option ou de produits structurés.
• Les informations données sur les performances passées ne préjugent en rien des performance à venir.
• Toutes les opinions, les informations ou les valorisations présentées sur le Site peuvent être modifiées à tout moment sans avertissement préalable.
Opération d'emprunts en vue de l'acquisition
Tout investisseur potentiel doit être conscient des risques supplémentaires attachés à toute opération d'emprunt en vue d'acquérir les produits présentés sur le Site, en particulier des risques de pertes à supporter à concurrence du remboursement du capital et du paiement des intérêts. Les investisseurs devraient apprécier leur situation financière au regard des pertes potentielles résultant de la souscription ou de l'achat des bons d'option et des produits structurés ainsi que des charges financières inhérentes aux opérations d'emprunt en vue d'acquérir ces produits.
Intérêts divergents - Informations relatives à des conflits d'intérêts
Citigroup et/ou toute autre société du groupe peut de temps à autre prendre des positions pour compte propre et /ou coter des instruments identiques ou liés économiquement à des transactions effectuées avec des investisseurs, ou peut avoir des opérations bancaires d'investissement ou autres relations commerciales avec, ou accéder à l'information de l'émetteur des titres, instruments financiers ou autres intérêts identiques ou liés à des transactions effectuées avec des investisseurs. Citigroup peut également réaliser des activités pour compte propre, y compris des transactions de couverture de risque liées à l'ouverture ou la clôture d'une transaction avec des investisseurs, qui peuvent influencer de manière défavorable le prix, taux, indice ou autres facteurs de marché sous-jacents à la transaction effectuée avec des investisseurs et en conséquence la valeur de la transaction.”
CITI WARRANTS, TURBOS & CERTIFICATES DIVERS
Protection des données
En application de la loi “Informatique et libertés” du 6 janvier 1978 telle que modifiée par la loi du 6 août 2004, l’utilisateur dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données le concernant et conservées par CITIGROUP, ainsi qu’un droit d’opposition. Ces droits s’exercent auprès de Citigroup Global Markets Ltd., Citiwarrants & Certificats, 1-5 rue Paul Cézanne, 75008 Paris, France.
Liens hypertextes disponibles sur le site
Nous vous informons que vous quitterez le présent site en cliquant sur un des liens hypertexte accessibles à partir de ce site. CITIGROUP décline toute responsabilité sur le contenu et les éventuels préjudices ou dommages induits lors de la visite des autres sites qui sont accessibles par lien hypertexte. Le fait de fournir des liens hypertexte ne constitue en aucune manière un conseil ou un avis concernant le contenu des sites Internet obtenus via des liens hypertexte de tiers responsables de ces sites.
Des produits d'investissement et des produits à effet de levier innovants pour les investisseurs particuliers ou institutionnels.

Solutions sur mesure

Les produits à effet de levier et les produits d’investissement de Citi permettent de répondre à une grande diversité d’objectifs.

Produits d’investissement ou de trading

Sélectionnez votre pays pour explorer la gamme des produits disponibles.

Classes d’actif multiples

Une présence géographique inégalée et un accès à toutes les classes d’actifs.

Citi utilise des cookies sur ce site Internet pour vous offrir plus d’efficacité dans votre navigation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

x
Levier Du Jour28/02/2020

Tous les matins à l'ouverture

Le morning meeting de Marc Dagher
DERNIÈRE ÉDITION

Résumé de la séance précédente

 

La Bourse de Paris a fini sous la barre des 5.500 points jeudi (-3,32%), pessimiste quant à l'évolution de la crise sanitaire qu'elle suit de très près, tentant d'y voir plus clair sur ses réelles répercussions sur l'économie mondiale.

 

L'indice CAC 40 a abandonné 188 points à 5.495,60 points, dans un volume d'échanges très élevé de 8,5 milliards d'euros. La veille, il avait réussi à finir à l'équilibre (+0,09%).

 

La cote parisienne a ouvert en net repli, glissant sous le seuil des 5.500 points en fin de parcours. L'indice évolue à des niveaux d'octobre 2019.

 

"L'environnement de marché est assez déprimé. Il n'a pas encore cédé à la panique mais il y a des premiers signes de capitulation d'investisseurs", observe auprès de l'AFP Andrea Tuéni, analyste de Saxo Banque.

 

"On parle d'une correction, avec quasiment une perte de 10% par rapport au point haut d'il y a environ dix jours" et "il n'y a aucune garantie ni d'avoir atteint des points bas, ni de repartir sur une phase de rebond", selon lui.

 

"On est en train d'enregistrer la pire semaine depuis 2008 sur les marchés. En variation hebdomadaire et en vitesse du mouvement, c'est assez similaire à ce qu'on a pu connaître en 2008", décrit le spécialiste.

 

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé jeudi que l'épidémie avait atteint un "point décisif", appelant les pays à agir "rapidement" pour endiguer la progression de ce "virus très dangereux".

 

L'épidémie, découverte en décembre à Wuhan en Chine, a contaminé plus de 78.600 personnes dans ce pays, dont plus de 2.700 mortellement.

 

Des plans d'urgence avec financement immédiat sont prêts à être déployés, notamment par le Fonds monétaire international, pour venir en aide aux pays qui ne parviendraient pas à faire face à une épidémie du nouveau coronavirus.

 

En Europe, Bruxelles envisage de proposer dans un mois, si nécessaire, "des mesures d'accompagnement" aux secteurs économiques fragilisés par le coronavirus, a indiqué jeudi le Commissaire européen à l'Industrie Thierry Breton.

 

Même si le président américain Donald Trump s'est voulu rassurant mercredi soir, les opérateurs de marché sont méfiants face à l'extension de la crise sanitaire dont l'impact économique reste à établir. "Ils restent de côté en attendant que ça se calme", souligne M. Tuéni.

 

 

Le Dow Jones perd près de 1.200 points, panique persistante autour du coronavirus

 

Outre-Atlantique par la suite, la Bourse de New York a de nouveau lourdement chuté jeudi, le Dow Jones s'effondrant de près de 1.200 points, dans un marché toujours affolé par la propagation du coronavirus dans le monde.

 

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average a dégringolé de 4,42% à 25.766,64 points.

 

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a plongé de 4,61% à 8.566,48 points.

 

Le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, s'est lui affaissé de 4,42% à 2.978,76 points. C'est la première fois qu'il repasse sous la barre des 3.000 points depuis octobre.

 

En abandonnant plus de 10% depuis le début de la semaine, la place new-yorkaise est entrée en zone de correction.

 

Alors que le Dow Jones avait encore atteint un record il y a deux semaines et le S&P 500 et le Nasdaq la semaine dernière, Wall Street s'achemine vers ses pires pertes hebdomadaires depuis l'automne 2008, au faîte de la crise financière mondiale.

 

La Bourse de New York a évolué dans le rouge toute la séance de jeudi, accentuant sa chute peu avant la clôture.

 

Selon Maris Ogg, de Tower Bridge Advisors, les nombreuses incertitudes qui entourent l'épidémie de pneumonie virale et son rythme de propagation à travers la planète inquiètent au plus haut point les investisseurs.

 

"On n'a pas encore de réponses et on ne va pas en avoir pendant un certain temps, sans doute pas avant deux à quatre semaines", estime l'experte.

 

"Plus il y aura d'infections liées au coronavirus, plus on risque de rester en zone de correction", poursuit-elle.

 

Mme Ogg rappelle par ailleurs que les indices ayant récemment franchi des records, le marché ne devrait pas s'étonner de cette baisse.

 

Mercredi soir, le Centre de contrôle et de prévention des maladies américains (CDC) a annoncé un premier cas "d'exposition inconnue" en Californie, cette personne n'ayant ni voyagé dans les zones à risque ni été en contact avec un autre malade.

 

Donald Trump s'est pourtant voulu confiant, assurant qu'une large propagation à grande échelle du nouveau coronavirus aux Etats-Unis n'était pas inévitable.

 

Le nombre de cas de nouveau coronavirus dans le monde s'élevait à 82.560 au moins, dont 2.813 décès, dans 50 pays et territoires, selon un bilan établi par l'AFP jeudi à partir de sources officielles.

 

Les pays les plus touchés après la Chine sont la Corée du Sud, l'Italie, l'Iran et le Japon.

 

Le vent de panique sur le marché des actions a de nouveau provoqué un vaste mouvement vers les obligations, jugées plus sûres.

 

Le taux à 10 ans sur les bons du Trésor américain évoluait ainsi proche de son plus bas historique aux alentours de 21H30 GMT, s'affichant à 1,264%, tout comme le taux à 30 ans, à 1,764%.

 

Dans une note diffusée jeudi, les analystes de Goldman Sachs anticipent désormais que les entreprises américaines ne connaîtront pas de croissance de leurs bénéfices en 2020 si le coronavirus continue sa progression.

 

"La révision à la baisse de nos prévisions reflète le fort déclin de l'activité économique chinoise au premier trimestre, la baisse de la demande pour les exportateurs américains, la perturbation de la chaîne d'approvisionnement, le ralentissement de l'activité économique américaine et une incertitude renforcée", écrivent-ils.

 

 

Tour d’horizon des valeurs françaises

 

Du côté des plus fortes hausses, unique valeur dans le vert, Engie a gagné 2,33% à 16,01 euros, profitant d'une performance opérationnelle en hausse, portée notamment par l'amélioration du secteur nucléaire en Belgique et des énergies renouvelables.

 

Plus fortes hausses du SRD les plus traitées du jour :

 

 

Du côté des plus fortes baisses, les valeurs technologiques ont ainsi pris un gros coup. "Elles ont extrêmement bien performé en début d'année et à chaque phase de correction, ce sont les premières à être sanctionnées", explique M. Tueni. "Jusqu'à présent le secteur résistait bien, mais il était déjà fragilisé par le début" de l'épidémie causée par le coronavirus.

 

STMicroelectronics a été la plus affectée (-8,13% à 24,52 euros).

 

Les valeurs liées au tourisme ont également beaucoup souffert de l'épidémie, à l'instar d'Accor (-3,56% à 33,33 euros) et d'Air France-KLM (-7,17% à 7,38 euros).

 

Les bancaires ont été également mises à mal : Société Générale (-6,44% à 26,72 euros), Crédit Agricole (-6,16% à 11,36 euros) et BNP Paribas (-5,87% à 45,39 euros).

 

 

Plus fortes baisses du SRD les plus traitées du jour :