France
Investisseurs Particuliers
Avertissement:
En cliquant sur “J’accepte”, ci-dessous, et en sélectionnant un pays de cette liste, vous confirmez être résident de ce pays. Citigroup ne prend aucune responsabilité quelle qu’elle soit concernant la distribution de l’information et les documents mis à la disposition des utilisateurs, personnes physiques ou morales, qui auraient, de mauvaise foi, certifié être résidents d’un pays donné alors que ce n’est pas le cas. En cliquant sur “J’accepte” ci-dessous et en accédant de ce fait aux informations et documents disponibles sur le site, vous acceptez les conditions générales d’utilisation qui figurent dans l’avis de non-responsabilité ci-joint.
Compte-tenu de la législation en vigueur, les résidents des États-Unis ne peuvent accéder au contenu de ces pages du site. Les documents et produits qui y sont décrits ne sont ni offerts ni destinés aux ressortissants ou résidents des États-Unis et leur accès est interdit à ces derniers.
CITI WARRANTS, TURBOS & CERTIFICATES DISCLAIMER/AVERTISSEMENT:
Le présent site est édité par Citigroup Global Markets Limited société autorisée et régie par la Financial Services Authority (“FSA”), dont le siège social est situé au Citigroup Centre, Canada Square, E14 5LB Londres (Royaume-Uni), immatriculée sous le numéro FSA 1763297.
Restrictions de Vente
Les warrants, call warrants, put warrants, turbo warrants, turbos, certificat, certificates, trading warrants, options, produits dérivés bons d'option et les produits structurés présentés sur ce site web ne peuvent & être souscrits ou vendus dans tous les pays. La consultation des documents d'information relatifs aux bons d'option et aux produits structurés permet de déterminer les modalités de vente ou de distribution des Produits relatives aux pays concernés. Les bons d'option et les produits structurés présentés sur le Site ne sont pas offerts à la vente ou à la souscription et les documents d'information qui s'y rapportent (ou toute autre documentation commerciale) ne sont pas distribués, à toute personne ou entité résidente d'un territoire où une telle vente ou distribution constituerait une violation de la loi ou d'une réglementation locale. Les bons d'option et les produits structurés visés sur le Site ne seront pas enregistrés au sens de la loi américaine de 1933 sur les valeurs mobilières (United States Securities Act of 1933) et ne peuvent pas être offerts ou vendus aux Etats-Unis. Le contenu du Site n'est pas destiné aux investisseurs du Royaume-Uni. Les produits et services présentés sur le Site ne sont pas offerts ou ne peuvent être fournis à des personnes du Royaume Uni. EN ACCEDANT SUR LE PRESENT SITE WEB A UNE INFORMATION PROPRE A UN PAYS DONNE, VOUS RECONNAISSEZ ET CERTIFIEZ QUE VOUS ETES RESIDENT DE CE PAYS. Les produits et services présentés dans une partie du Site consacrée à un pays donné ne sont offerts et ne peuvent être rendus qu'au bénéfice des seuls résidents du pays concerné.
Les bons d'option et les produits structurés présentés dans la rubrique du Site consacrée à la France sont exclusivement des instruments financiers admis à la cotation sur un marché réglementé et émis par appel public à l'épargne en France dans le respect des principes généraux établis par l’Autorité des marchés financiers.
Facteurs de risques
• Les bons d'option et les produits structurés sont par essence des investissements à haut risque, sujets particulièrement à des risques de marché comme des risques de taux d'intérêt, de taux de change, des risques politiques, des risques propres à l'émetteur du sous-jacent et à la valeur temps.
• Les fluctuations des cours des éléments sous-jacents affecteront la valeur des bons d'option et celle des produits structurés.
• Les fluctuations des taux de change de toutes monnaies concernées affecteront la valeur des bons d'option et celle des produits structurés.
• Les cours des bons d'option et ceux des produits structurés sont volatiles. Si le sous-jacent évolue dans une direction opposée à celle anticipée, les pertes encourues au titre du bon d'option et du produit structuré peuvent être supérieures à celles subies par le sous-jacent.
• Les bons d'option et les produits structurés ont une durée de vie limitée et peuvent avoir une valeur nulle à leur maturité. Compte tenu de la nature optionnelle des bons d'option et des produits structurés, les investisseurs doivent être conscients du risque de perte de l'intégralité de leur investissement initial.
Négociation et couverture
• Les marchés des bons d'option et des produits structurés peuvent être limités et cela peut affecter sensiblement leur valeur et/ou les capacités de les céder.
• Les investisseurs ne doivent pas escompter la possibilité de céder les bons d'option ou les produits structurés à un moment donné pour un montant particulier.
• Les investisseurs peuvent se retrouver dans l'incapacité de se couvrir contre les risques induits par ces investissements. Les investisseurs peuvent réaliser autant de perte dans les opérations de couverture que sur les bons d'option et les produits structurés ainsi couverts.
• Ni l'émetteur, ni l'une de ses sociétés liées ou apparentées, ne donne une quelconque assurance ni ne garantit la performance des bons d'option et des produits structurés. Ni l'émetteur ni l'une quelconque des ses sociétés liées ou apparentées n’est dans l'obligation d'animer le marché secondaire ni de racheter les bons d'option ou les produits structurés.
Adéquation des bons d'option et des produits structurés / Absence de conseil de toute nature
• Les bons d'option et les produits structurés sont naturellement des investissements à très haut risque et ne conviennent donc pas à tous les investisseurs. L'information qui figure sur le Site est de nature générale et descriptive. Les produits qui y sont présentés ne vous sont pas forcément adaptés.
• Les bons d'option et les produits structurés présentés sur le Site sont destinés à des investisseurs sophistiqués qui ont la capacité d'appréhender et de supporter les risques inhérents à ce type d'opération.
• Aucun élément ou information figurant sur le Site ne peut être interprété comme constitutif d'un conseil en investissement, d'un conseil juridique ou fiscal ou toute autre forme de recommandation ou de démarchage en vue d'acquérir, de souscrire ou de céder des bons d'option ou des produits structurés sur le Site. Il appartient à tout investisseur de rechercher ses propres conseils en matière d'investissement, juridique et fiscale aux fins d'apprécier l'adéquation, la licité et les risques induits par la souscription ou l'achat des bons d'option ou des produits structurés présentés sur le Site.
Aucune offre - De simples éléments d'information
• Tous les éléments figurant sur le Site ne sont délivrés qu'aux seules fins d'information de l'investisseur.
• Aucun élément ou information figurant sur le Site ne constitue, ne s'inscrit dans le cadre ni ne devrait être considéré comme une offre, un acte de démarchage, ou une invitation à souscrire ou céder des bons d'option ou des produits structurés présentés sur le Site ou constituer d'éventuelles activités de services d'investissement mentionnées sur le Site.
• Aucun élément ou information figurant sur le Site ne constitue ni ne peut être considéré comme un conseil en vue de la souscription de bons d'option ou de produits structurés.
• Les informations données sur les performances passées ne préjugent en rien des performance à venir.
• Toutes les opinions, les informations ou les valorisations présentées sur le Site peuvent être modifiées à tout moment sans avertissement préalable.
Opération d'emprunts en vue de l'acquisition
Tout investisseur potentiel doit être conscient des risques supplémentaires attachés à toute opération d'emprunt en vue d'acquérir les produits présentés sur le Site, en particulier des risques de pertes à supporter à concurrence du remboursement du capital et du paiement des intérêts. Les investisseurs devraient apprécier leur situation financière au regard des pertes potentielles résultant de la souscription ou de l'achat des bons d'option et des produits structurés ainsi que des charges financières inhérentes aux opérations d'emprunt en vue d'acquérir ces produits.
Intérêts divergents - Informations relatives à des conflits d'intérêts
Citigroup et/ou toute autre société du groupe peut de temps à autre prendre des positions pour compte propre et /ou coter des instruments identiques ou liés économiquement à des transactions effectuées avec des investisseurs, ou peut avoir des opérations bancaires d'investissement ou autres relations commerciales avec, ou accéder à l'information de l'émetteur des titres, instruments financiers ou autres intérêts identiques ou liés à des transactions effectuées avec des investisseurs. Citigroup peut également réaliser des activités pour compte propre, y compris des transactions de couverture de risque liées à l'ouverture ou la clôture d'une transaction avec des investisseurs, qui peuvent influencer de manière défavorable le prix, taux, indice ou autres facteurs de marché sous-jacents à la transaction effectuée avec des investisseurs et en conséquence la valeur de la transaction.”
CITI WARRANTS, TURBOS & CERTIFICATES DIVERS
Protection des données
En application de la loi “Informatique et libertés” du 6 janvier 1978 telle que modifiée par la loi du 6 août 2004, l’utilisateur dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données le concernant et conservées par CITIGROUP, ainsi qu’un droit d’opposition. Ces droits s’exercent auprès de Citigroup Global Markets Ltd., Citiwarrants & Certificats, 1-5 rue Paul Cézanne, 75008 Paris, France.
Liens hypertextes disponibles sur le site
Nous vous informons que vous quitterez le présent site en cliquant sur un des liens hypertexte accessibles à partir de ce site. CITIGROUP décline toute responsabilité sur le contenu et les éventuels préjudices ou dommages induits lors de la visite des autres sites qui sont accessibles par lien hypertexte. Le fait de fournir des liens hypertexte ne constitue en aucune manière un conseil ou un avis concernant le contenu des sites Internet obtenus via des liens hypertexte de tiers responsables de ces sites.
Des produits d'investissement et des produits à effet de levier innovants pour les investisseurs particuliers ou institutionnels.

Solutions sur mesure

Les produits à effet de levier et les produits d’investissement de Citi permettent de répondre à une grande diversité d’objectifs.

Produits d’investissement ou de trading

Sélectionnez votre pays pour explorer la gamme des produits disponibles.

Classes d’actif multiples

Une présence géographique inégalée et un accès à toutes les classes d’actifs.

Citi utilise des cookies sur ce site Internet pour vous offrir plus d’efficacité dans votre navigation. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

x
Levier Du Jour09/07/2018

Tous les matins à l'ouverture

Le morning meeting de Marc Dagher
DERNIÈRE ÉDITION

| Lundi 09 Juillet 2018 |

 

 

Résumé de la séance précédente

 

Les investisseurs restent sur la défensive à cause des risques que fait peser le protectionnisme américain sur la croissance mondiale et les résultats des entreprises.

 

Difficile de trouver une ouverture à la Bourse de Paris en ce moment. Les investisseurs restent sur la défensive, tant ils redoutent l’impact sur l’économie mondiale des mesures protectionnistes voulues par Donald Trump.

 

Toute la semaine, le marché a joué au yo-yo au gré des petites phrases des uns et des rumeurs colportées par les autres… jusqu’à vendredi, où tout est devenu plus concret.

 

C’est, en effet, à partir du 6 juillet, que sont entrés en vigueur les droits de douanes de 25% sur 34 milliards de produits chinois importés aux Etats-Unis. Immédiatement, Pékin a annoncé qu’il appliquait les mêmes taxes pour des montants identiques sur les importations de marchandises américaines, comme les voitures et les produits agricoles.

 

Cette première salve était attendue. C’est la suite qui fait frémir. En cas d’escalade, ce sont plus de 500 milliards de dollars de produits chinois et américains qui pourraient être surtaxés, ce qui a conduit les experts à essayer de chiffrer l’impact au niveau mondial.

 

Luca Paolini, chef stratégiste chez Pictet Asset Management, souligne que le transfert de ces taxes douanières sur les consommateurs pourrait accroître l’inflation de 0,7 point de pourcentage, ce qui réduirait les bénéfices des entreprises de 2,5% et abaisserait le ratio cours sur bénéfice des actions mondiales jusqu’à 15%, provoquant une chute des marchés financiers de même ampleur.

 

« Le S&P 500 a perdu 10% au cours du trimestre qui a suivi l’imposition de droits de douane par le président Nixon à la mi-1971 », rappelle-t-il.

 

A l’occasion de la parution prochaine des résultats semestriels, il sera intéressant d’écouter les discours des entreprises, afin de mieux cerner leurs prévisions pour les mois à venir. Elles risquent d’indiquer un manque de visibilité.

 

Le marché joue en défense

 

Ce vendredi, Washington et Pékin sont entrés de plain-pied dans ce que le second qualifie de « plus grande guerre commerciale de l’histoire économique ». Une fois de plus, les opérateurs sont restés modérés dans leurs prises de positions tout en saluant les bons chiffres de l’emploi américain.

 

La Bourse de Paris clôture la première semaine du second semestre sur une note tout aussi prudente que celle sur laquelle il a clôturé le premier. L’indice Cac 40 avance de 0,98% sur cinq jours. Et de 0,18% sur la séance de vendredi.

 

Il finit la semaine à 5.375,77 points. Ailleurs en Europe, la prudence a également dominé, le Footsie à Londres grignotant 0,19% et le Dax à Francfort 0,26%. Outre-Atlantique, même son de cloche, puisque le Dow Jones prend 0,59%.

 

Halte péage

 

C’était vendredi que les taxes américaines de 25% sur 34 milliards de dollars frappant 818 produits chinois, dont les voitures, les composants d’avion ou les disques durs d’ordinateurs, entrant aux Etats-Unis sont entrées en vigueur.

 

La riposte de Pékin ne s’est pas fait attendre. Le gouvernement de Xi Jinping, qui entend bien défendre ses droits devant l’Organisation mondiale du commerce, a répliqué à l’identique sur 545 produits américains, tout en dénonçant « la plus grande guerre commerciale de l’histoire économique ».

 

Donald Trump a alors rappelé que de nouvelles taxes sur 16 milliards de dollars de produits chinois s’appliqueront dans deux semaines et qu’à terme, ce sont 500 milliards de dollars de marchandises qui risquent d’être concernées.

 

Selon Gregory Daco, chef économiste d’Oxford Economics, cette première étape dans la guerre commerciale aura un impact de 0,1% sur le PIB de chacune des deux premières économies mondiales.

 

Des créations d’emplois solides aux Etats-Unis

 

Pour l’heure, l’économie américaine se porte plus que bien. En juin, elle a créé 213.000 emplois dans le secteur non agricole, selon les chiffres du Bureau of Labor Statistics (BLS), alors que les experts en attendaient 195.000.

 

Le solde des deux mois précédents a été révisé en hausse de 37.000 et, si le taux de chômage progresse de 0,2 point, à 4 % de la population active, c’est en raison de l’augmentation du taux de participation. Autrement dit, des Américains, jusque-là découragés à la perspective de chercher un emploi, sont revenus sur le marché du travail.

 

Ils sont 601.000 à être de retour, selon le BLS. Très surveillé, le salaire horaire moyen n’a que marginalement augmenté, de 0,2 % par rapport à mai et de 2,7 % sur un an, contre respectivement 0,3% et 2,8% attendus.

 

Apparemment pas de quoi écarter la Fed de son projet de procéder à deux hausses des taux supplémentaires cette année. La probabilité d’un resserrement d’un quart de point en septembre est toujours évaluée par le marché à 80 %, selon le baromètre Fed Watch de CME Group, comme avant la publication du rapport du BLS.

 

Wall Street au repos

 

Outre-Atlantique par la suite, la Bourse de New York a terminé en hausse vendredi, satisfaite par un rapport mensuel sur l’emploi américain éclipsant les annonces de taxes commerciales punitives entre les Etats-Unis et la Chine.

 

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average, a pris 0,41% à 24.456,48 points. Le Nasdaq, à forte composante technologique, a avancé de 1,34% à 7.688,39 points. L’indice élargi S&P 500 a progressé de 0,85% à 2.759,82 dollars.

 

Sur la semaine le Dow Jones a pris 0,76%, le Nasdaq 2,37% et le S&P 500 1,52%.

 

Même si le taux de chômage a augmenté de 3,8% en mai à 4% en juin, les créations d’emplois ont été plus fortes que prévu à 213.000, alors que les analystes tablaient sur 195.000, selon les chiffres publiés vendredi par le ministère du Travail.

 

De plus, le salaire horaire moyen, particulièrement surveillé alors que la banque centrale américaine (Fed) veut juguler toute accélération de l’inflation, a progressé de seulement 0,2%, à 26,98 dollars, portant l’augmentation sur un an à 2,7%. Sur le mois, la hausse est inférieure aux anticipations des analystes, qui tablaient sur 0,3%, comme en mai.

 

« C’est une nouvelle positive dans la mesure où il n’y a pas d’accélération des salaires et donc pas de pression sur la Fed pour adopter une position plus agressive sur les taux directeurs », a estimé Tom Cahill de Ventura Wealth Management.

 

Les hausses de taux renchérissent les coûts d’emprunt pour les ménages et les entreprises américaines.

 

Par ailleurs, « de nombreuses personnes réintègrent le marché du travail, ce qui est une bonne nouvelle », a indiqué Phil Davis de PSW Investments.

 

Le taux de participation au marché du travail a en effet progressé de 0,2 point de pourcentage, à 62,9%.

 

« Cela signifiera au bout du compte davantage de personnes employées, une consommation en hausse, et on sait à quel point la consommation est importante pour l’économie américaine », a noté M. Cahill.

 

Le marché a en revanche peu réagi à l’annonce très attendue de taxes douanières accrues sur plusieurs milliards de dollars d’importations chinoises aux Etats-Unis, et sur une mesure similaire prise aussitôt par Pékin.

 

Le marché avait « déjà intégré (ces sanctions) aux cours depuis plusieurs semaines », a indiqué M. Cahill.

 

Les compagnies chinoises cotées à Wall Street n’en ont pas souffert, Alibaba prenant 2,88% à 192,27 dollars et Baidu 3,15% à 251,77 dollars.

 

Parmi les autres valeurs, le groupe pharmaceutique Biogen a bondi (+19,63% à 357,48 dollars) après avoir annoncé les résultats positifs d’une étude qu’il mène avec son partenaire japonais Eisai sur la maladie d’Alzheimer.

 

Les valeurs technologiques ont fait partie des plus fortes progressions à Wall Street, Facebook prenant 2,41% à 203,23 dollars, Apple 1,39% à 187,97 dollars, Twitter 3,53% à 46,65 dollars et Netflix 2,47% à 408,25 dollars.

 

Le marché obligataire progressait : le rendement sur la dette américaine à 10 ans baissait vers 20H45 GMT à 2,819% contre 2,829% jeudi soir, et celui à 30 ans reculait à 2,929% contre 2,945% à la précédente clôture.

 

 

Tour d’horizon des valeurs françaises

 

Du côté des valeurs dans le vert, Airbus a gagné 0,78% à 98,50 euros. L’avionneur, qui a enregistré en juin 100 commandes, estime à 37.400 le marché des avions neufs d’ici à 2037, pour une valeur de 5.800 milliards de dollars. Eurazeo a été soutenu (+4,91% à 67,35 euros) par un relèvement de sa recommandation à « acheter » par HSBC. Eurofins a grimpé de 4,08% à 459,00 euros, après une note de Berenberg soulignant les bonnes perspectives du secteur de la certification. Parmi les autres notes d’analystes, Exane BNP Paribas a relevé Hermès de « sous-performance » à « neutre », entraînant LVMH et Kering dans son sillage.

 

Plus fortes hausses du SRD (hors Cac) les plus traitées du jour 

 

 

 

 

Concernant les valeurs baissières, le secteur automobile, dans le viseur de Donald Trump, s’est replié. Ainsi, Renault a reculé (-1,38% à 74,45 euros), comme Peugeot (-0,43% à 20,65 euros) et Valeo (-0,44% à 47,66 euros). Le secteur pétrolier s’est aussi montré morose dans le sillage du recul des cours de l’or noir. TechnipFMC a cédé 0,54% à 25,85 euros et Total de 0,76% à 53,31 euros.

 

Plus fortes baisses du SRD (hors Cac) les plus traitées du jour :

 

 

 

Publications du jour

 

 

Graphique et analyse technique

 

 

Depuis le point bas de février 2016, l’indice national a repris, bon an mal an, une tendance haussière dont la configuration graphique reste difficile à appréhender, alternant en effet des phases de hausse claires des consolidations importantes, notamment celle de l’été 2017. Celle-ci ayant pris la forme d’un flag (drapeau) traditionnel (en bleu foncé sur notre graphique) auquel la fin de l’été en question est venu mettre un terme. A plus long terme, la prudence restera malgré tout de mise tant que la borne inférieure du canal de long terme (aujourd’hui située vers les 6.130 points) continuera de servir de résistance en pullback ; la franche cassure de cette même borne au début de l’année 2016 ayant été un signal d’inquiétude depuis confirmé une première fois par le teste en pullback du début de ce même été 2017. Dans l’immédiat cependant, les tensions semblent à nouveau reprendre le dessus.

 

A plus court terme, le dépassement des 5.410 points pourra laisser espérer une reprise vers la résistance intermédiaire située sur le gap des 5.535 points dans un premier temps. Alternativement, sous les 5.200 points, on visera d’abord le seuil psychologique des 5.000 points dont la cassure entraînerait une plus ample correction.

 

 

Sélection d’un turbo Call et d’un turbo Put

 

Voici notre sélection de turbos pour ceux qui souhaitent jouer la hausse ou la baisse du CAC :

 

 

 

 

Bonne journée, bons trades et à demain pour la suite de nos aventures...

 

 

 

AVERTISSEMENT

 

Toute opinion, annonce, recherche, analyse ou autre information et tous prix contenus dans ce mail sont fournis par DT Expert à titre d’analyse et n’ont pas valeur de conseil d’investissement. DT Expert ne saurait être tenu responsable de toute perte ou tout dommage, incluant sans limitation des pertes de gain, qui pourrait découler directement ou indirectement de l’utilisation ou de la prise en compte d’une telle information. Le contenu de cette analyse est fourni dans le seul but d’aider les investisseurs à prendre des décisions d’investissement indépendantes. DT Expert a pris toute mesure raisonnable pour s’assurer de la précision de l’information dans ses analyses et ne sera pas tenu responsable de toute perte ou tout dommage résultant directement ou indirectement du contenu ou de tout retard ou tout échec de transmission ou de la réception de toute instruction ou notification envoyée par mail. ©DT Expert

 

Merci de patienter…